Instructeurs

Liste préliminaire des instructeurs :

Rob Runacres : Titre de l’atelier à confirmer
Karin Verelst : Travailler avec le corps féminin dans les AMHE
Gilles Martinez : Titre de l’atelier à confirmer
Aurélien Calonne : Titre de l’atelier à confirmer
Pierre-Alexandre Chaize : « Quitter le fer/Abnemen » faut-il respecter l’ordre d’écriture d’un texte dans notre transmission gestuelle ? L’exemple de l’escrime au Coutelas selon Hans Leckuchner
Pierre-Alexandre Chaize : « Trit man so trit er auch », la marche et le mouvement des pieds selon le livre d’escrime de Joachim Meyer, 1570
Mathieu Cottereau : Rater un assaut
Tea Kew : Apprende à s’entraîner
Christian Stickel : Les bases du dussack, d’après l’Opus Amplissimum de Arte Athletica de Paulus Hector Mair
Predrag Nikolic : Titre de l’atelier à confirmer
Martin Enzi : Une seconde arme sous-estimée dans le combat au Messer : la main gauche
George Livermore : Titre de l’atelier à confirmer
Marine Beaumel : Utilisez votre putain de bocle, style I.33
Thomas Böegle : L’arbitrage
Thomas Böegle : Utiliser le Meisterhau et gagner : comment faire ?
Jens Peter Kleinau : Tanz den Liechtenauer – The Five Rules of Footwork (English version only)
Ties Kool : Comment combler le fossé entre l’entraînement technique et le sparring
Gauthier Petit-Chantalat : L’art de ne pas tuer
Stefan Dieke : Schnappen : La technique signature de la rapière de Joachim Meyer
Shanee Nishry : Disarming the Buffalo Trap (English version only)
Marc Dekker : Le maniement de la faux de paysan en tant qu’arme
Willeke Snijder : Introduction au combat à la faucille selon Paulus Hector Mair
Sam Brennan Booth : Le contrôle de l’espace, de l’adversaire et de soi-même
Cor Kronenburg : Würgegriff und Mordschlag
Antoine Coudre : Titre de l’atelier à confirmer
Jack Gassman : Jeux scénarisés à la dague pour explorer les techniques et l’état d’esprit de Fiore dei Liberi
Jack Gassman : Le Zettel de Lichtenauer
Romain Figliuzzi : Techniques en armure de la tradition italienne des manuscrits de Fiore dei Liberi
Julien Vuagniaux : Harnish Ringen, le lien entre les entrées et le unterhalten
Thomas McConnell : Titre de l’atelier à confirmer
Jean-Pascal Esparceil et Julien Garry : La méthode de sabre de la cavalerie française, Saumur 1824
Jay Maxwell : De la taille à l’estoc – la lame de transition
Jay Maxwell : Le jeu court – Prises, chutes et sales combines
Michel Rensen : Les épéistes sur canapé – Coach pour AMHE
Colin Richards : Améliorer notre connaissance et l’utilisation du jeu de jambes dans les AMHE
George Zacharopoulos : Mécaniques corporelles, déplacements et gardes en rapière italienne
Et plus encore

Détails des ateliers et instructeurs :

George ZACHAROPOULOS
Academy of Hoplomachia
Hellenic Federation of Historical European Martial Arts (HFHEMA)
Grèce
Biographie
George Zacharopoulos pratique les AMHE depuis plus de dix ans avec un intérêt certain pour l’épée longue allemande et la rapière italienne et espagnole. Actuellement, il est instructeur à la S.C. Academy of Hoplomachia, à la Marxbrüder Guild Hellas et à la Coriolanos HEMA Team, représentant de la Historical Fencing Affiliates et fondateur du Athens Bartitsu Club 1900. Il a auparavant fait du ninjutsu, de la boxe chinoise et philippine (par Angelo Fasois), de l’escrime sportive ainsi que du tir à l’arc. Il est aussi instructeur de couteau certifié selon la méthode de self-défense de Jim Wagner. Il a participé et a été instructeur dans de nombreux événements dédiés aux AMHE en Grèce et à l’étranger. Il est co-auteur, avec Chrysovalantis Tampakakis, du premier livre sur les AMHE en grec, The Knightly Art of the Sword, publié par Batsioulas Publications en 2011. Son nouveau livre, publié par Fallen Rook Publishing, est une traduction en anglais du traité de sabre militaire de Philipp Müller, “Theoretical and Applied introduction to Swordmanship” (ΘΕΩΡΗΤΙΚΗ ΚΑΙ ΠΡΑΚΤΙΚΗ ΕΙΣΗΓΗΣΙΣ ΤΗΣ ΣΠΑΘΑΣΚΙΑΣ). Pour finir, il est membre de l’HEMAC, de The Hema Alliance et Secrétaire Général de Fédération Grecque des AMHE.
Atelier
Mécaniques corporelles, déplacements et gardes en rapière italienne
Dans cet atelier nous allons travailler sur les bases – mécaniques corporelles, déplacements et gardes – en rapière italienne selon le maître vénitien Nicoletto Giganti, d’après son traité “Scola, overo, teatro….” (1606), pour se concentrer sur plusieurs détails : parades et contre-attaques, se défendre contre un coup de taille, jeu court (entrées en lutte), etc – que l’on trouve dans son Second Livre ‘Perdu’ de 1608. Si le temps le permet nous verrons quelques jeux avec rapière et dague.
Niveau : Débutant+/Intermédiaire
Matériel requis : Masque d’escrime, gants fins, protection de torse, rapière (dague en option).
Source(s) :

Haut de page

 

Colin RICHARDS
Arts of Mars Academy
HEMAC
Allemagne
Biographie
Britannique vivant en Allemagne, Colin Richards dirige une école d’AMHE avec plus de 40 étudiants. Il a 38 ans d’expérience dans l’enseignement et la pratique des arts martiaux. Colin a mené des recherches originales sur de nombreux traités comme celui de Fiore, de Ringeck, le I.33 ou l’utilisation des armes Vikings. Ses recherches actuelles se portent sur le mouvement dans les premiers traités.
Atelier
Améliorer notre connaissance et l’utilisation du jeu de jambes dans les AMHE
Cet atelier est centré sur le jeu de jambes et le choix des angles qui permettent d’atteindre des zones sûres, hors de portée de l’adversaire. Ceci, couplé à l’utilisation du tempo adverse, permet une sûreté maximum durant la manœuvre. Le jeu de jambes est utilisé d’un point de vue tactique pour déborder l’adversaire et ainsi multiplier ses chances de victoire. Cet atelier fonctionne avec n’importe quelle arme, même si l’accent sera porté sur l’épée longue allemande et italienne ou l’épée à une main. Le Langesmesser peut aussi être utilisé. L’atelier se base sur les recherches portant sur l’épée longue italienne et allemande pour reconstruire des mouvements de combat vraisemblables. L’atelier présente une explication plausible du “Frequens Motens” et la façon dont il fonctionne dans le combat. Le but est d’améliorer la connaissance et l’utilisation du jeu de jambes dans les AMHE. Cet atelier est ouvert aux débutants comme aux pratiquants expérimentés, même si une bonne connaissance initiale du jeu de jambes serait un avantage.
Niveau : Débutant à instructeur
Matériel requis : Recommandé
Source(s) : Arts of Mars

Haut de page

 

Michel RENSEN
Zwaard & Steen
H.E.M.A.-bond Nederland
Pays-Bas
Biographie
Michel Rensen a commencé à pratiquer avec Zwaard & Steen en 2013, et à peine un an plus tard il commença à se former pour devenir instructeur dans le club. Un an plus tard, ce but était atteint, et aujourd’hui, il s’occupe chaque semaine des entraînements de la branche du club à Rotterdam. Au-delà de son investissement dans Zwaard & Steen, il propose aussi fréquemment des ateliers, aussi bien aux Pays-Bas que dans d’autres pays. Il participe aussi souvent à des tournois.
Atelier
Les épéistes sur canapé – Coach pour AMHE
En tournoi, on voit de plus en plus de participants qui sont coachés par quelqu’un sur le côté, qui sont là pour donner un retour précis et simple sur des questions de technique ou pour contrôler l’humeur du combattant (le calmer ou le remotiver). En tant que combattant, avoir un coach est extrêmement important, parce que ça permet de se concentrer bien plus sur le combat.
Cependant, ce genre de soutien peut tout aussi bien être utile pour des pratiquants qui ne s’adonnent pas à la compétition. Après tout, le coach observe le combat d’un œil extérieur et propose un retour surs des problèmes dont les combattants peuvent ne pas se rendre compte. Bien sûr, pour que ce soit efficace, le coach doit être bien entraîné à observer des combats et à identifier les points qui doivent être améliorés.
Dans cet atelier, on va s’intéresser au rôle du coach, et s’essayer à ce rôle à travers differents exercices en sparring, conçus pour laisser le coach entraîner son œil et diagnostiquer, solutionner les problèmes de façon concise.
Niveau : Cet atelier est ouvert à tous
Matériel requis : De par le principe de cet atelier, il nous faudra grossièrement autant de combattants que de coaches, Le rôles pourront être inversés d’un exercice à l’autre. Pour le coaching, il vous faudra au moins une épée longue et un masque. Pour les combattants, il vous faudrait votre équipement de sparring complet, en tout cas au moins Masque (avec protection à l’arrière), gorgerin, plastron, gants, protection de coudes, et une épée longue. Cet atelier se concentre sur l’épée longue, toutefois il est possible de participer avec une autre arme, tant que vous et votre adversaire avez la même.
Source(s) :

Haut de page

 

Romain FIGLIUZZI
Medieval Combat
FFAMHE
France
Biographie
Très jeune, je me suis intéressé à la période médiévale et j’ai commencé à pratiquer les AMHE en 2012 avec Medieval Combat. Je suis devenu membre du groupe européen Harnischfechten Ring en 2015, où l’on échange et pratique autour des sources de combat en armure.
Depuis 2017, je suis aussi président et instructeur de combat en armure et avec armes d’hast à Medieval Combat.
Atelier
Techniques en armure de la tradition italienne des manuscrits de Fiore dei Liberi
L’atelier va se concentrer exclusivement sur les techniques en armure de la tradition italienne des manuscrits de Fiore dei Liberi.
On se penchera principalement sur les jeux présentés dans les parties sur la demi-épée, la hache, les liens qu’on peut établir entre elles et quelques techniques de lutte.
Niveau : Intermédiaire
Matériel requis : Minimum : Gants, Casque, veste et épée.
Recommandé : Armure complète, épée et hache.
Source(s) : La Fleur du combat, parties sur la demi-épée et la hache, d’après les traductions de Benjamin Conan disponibles dans l’onglet « travaux » du site internet de De Taille et d’Estoc

Haut de page

 

Stefan DIEKE
Alte Kampfkunst
N/A
Allemagne
Biographie
Stefan est un pionnier de la pratique des AMHE en Allemagne et est instructeur professionnel. Il dirige « Alte Kampfkunst », une école d’AMHE à plein temps située à Wuppertal, en Allemagne. Il y enseigne le sabre, l’épée longue, le bartitsu et la canne de combat régulièrement, et propose des séminaires sur ces armes ainsi que d’autres, notamment rapière, dague et bâton.
Il a proposé des ateliers dans plusieurs événements prestigieux partout dans le monde, comme WMAW, ISMAC, SWASH, Dreynevent, The Australian Historical Swordplay Conference, the Paddy Crean Workshop, Dijon…
Ayant été membre de plusieurs organisations d’AMHE, sa devise est finalement : « Pas de politique, que des épéistes ».
Atelier
Schnappen : La technique signature de la rapière de Joachim Meyer
Dans son livre sur les arts du combat de l’époque (1570), Joachim Meyer donne une description précise et complète de l’escrime à la taille et à l’estoc avec une épée qu’il appelait « rappier » en allemand contemporain. En anglais moderne, cela s’apparenterait à une sidesword.
Ce système utilise autant les tailles que les estocs, ce qui implique qu’il y ait des transitions de taille à estoc, d’estoc à estoc et évidemment de parade à estoc. Meyer y parvient par un ensemble de mouvements qu’il appelle « schnappen ». Dans cet atelier, on va aborder ces mouvements rapides du poignet qui permettent de garder l’épée en mouvement et donc de garder ou gagner le « vor » et permet aussi des parades rapides si le besoin se présente.
Niveau : Débutant
Matériel requis : Une épée à une main à la lame droite avec la pointe soit roulée, aplatie ou recouverte. Un masque d’escrime. Des gants sont chaudement recommandés.
Source(s) : Joachim Meyer

Haut de page

 

Christian STICKEL
Solve et Coagula e.V.
DDHF
Allemagne
Biographie
Christian Stickel s’intéressa aux arts martiaux médiévaux dès son enfance et a depuis lors exploré de nombreux et différents styles d’arts martiaux médiévaux européens. Participant au mouvement de reconstitution européen sur les arts martiaux historiques, il est actif depuis 25 ans. Ces cinq dernière années, il enseigne les AMHE trois fois par semaine dans le cadre du programme sportif de l’université de Fulda, en Allemagne, et a dirigé des ateliers dans de nombreux évènements d’AMHE. Ses armes de prédilection sont l’épée et le bouclier, le dussack et le demi-bâton, d’après les sources manuscrites du I.33 et du Dresd.C.93/C.94.
Atelier
Les bases du dussack, d’après l’Opus Amplissimum de Arte Athletica de Paulus Hector Mair

Les participants de cet atelier apprendront les bases du dussack, d’après l’Opus Amplissimum de Arte Athletica (issu du MSS Dresd.C.93/C.94) de Paulus Hector Mair. La tenue de l’arme, les postures, les mouvements corporels, la distance de combat, et les techniques d’attaque y seront étudiés. La principale source de cet atelier n’est pas seulement les 40 jeux de Dussack, mais aussi l’annexe de Mair, « The book pertinent to the dusseggen », qui est en fait un extrait du manuscrit de Lecküchner sur le messer. Le but de cet atelier est aussi de mettre en valeur le dussack en tant qu’outil d’entraînement pour certains mouvements, techniques et stratégies qui peuvent s’appliquer pour d’autres armes.
Let’s make dusseggen great again!

Niveau : Débutants/Intermédiaire
Matériel requis : Gants légers, masque, dussack en cuir ou en bois (20 disponibles)
Source(s) : MSS Dresd.C.93/C.94.

Haut de page

 

Jack GASSMAN
Artes Certaminis
SwissHEMA
Suisse
Biographie
Jack Gassmann a commencé les AMHE à 13 ans et a continué de les étudier depuis lors, tant en publiant des articles scientifiques et en proposant des conférences académiques qu’en participant à des tournois internationaux et en étant instructeur lors d’ateliers. Sa pédagogie se concentre sur la constitution d’exercices biomécaniques et de jeux afin de développer des tactiques et des stratégies de manière ludique et dynamique.
Atelier
Jeux scénarisés à la dague pour explorer les techniques et l’état d’esprit de Fiore dei Liberi
Comme Giganti allait l’écrire un siècle plus tard, les capitaines d’italie risquaient bien plus de mourir par la dague que par l’épée.
L’assassinat était une menace toujours présente pour les capitaines condottieri, courtisans et autres gradés qui constituaient le corps des étudiants de Fiore, et cela nous est rendu clair par l’abondance d’armes improvisées qui composent ses traités, mais plus encore, comprendre la manière dont cette donnée colore son système est fundamental à l’application de ses techniques.
Dans cet atelier, nous utiliserons des jeux scénarisés pour explorer ses techniques et son état d’esprit, en travaillant à partir de chroniques et de témoignages historiques pour créer le contexte des jeux.
Niveau : Expérience rudimentaire du sparring
Matériel requis : Masque et gorgerin, gants légers et veste recommandés
Source(s) : Fiore dei Liberi

Haut de page

 

Jack GASSMAN
Artes Certaminis
SwissHEMA
Suisse
Biographie
Jack Gassmann a commencé les AMHE à 13 ans et a continué de les étudier depuis lors, tant en publiant des articles scientifiques et en proposant des conférences académiques qu’en participant à des tournois internationaux et en étant instructeur lors d’ateliers. Sa pédagogie se concentre sur la constitution d’exercices biomécaniques et de jeux afin de développer des tactiques et des stratégies de manière ludique et dynamique.
Atelier
Le Zettel de Lichtenauer
Le Zettel de Lichtenauer, avec sa triade de Blossfechten, Rossfechten et de Harnessfechten avait pour cible la cavalerie médiévale et ses fonctions spécifiques, qu’elle soit celle de la noblesse, des mercenaires ou des Konstaffler. Nous travaillerons de manière concrète sur des témoignages historiques pour recréer les défis que les gens pratiquant cet art auraient dû relever et acquérir de nouvelles perspectives sur la raison pour laquelle l’ancien système de Lichtenauer est tel qu’il est.
Niveau : Expérience rudimentaire du sparring
Matériel requis : Protection de sparring préférable, minimum : masque, gant, gorgerin
Source(s) : Lichtenauer

Haut de page

 

Mark DEKKER
Bataille
H.E.M.A
Pays-Bas
Biographie
Marc a commencé sa carrière dans les AMHE en 2007. Il a depuis étudié des techniques et des armes variées. Il partage ses connaissances et les utilisent pour des spectacles ou des films. En 2012, il a débuté des recherches sur les techniques de combat à la faux décrites par Paulus Hector Mair. Marc est actuellement l’un des entraîneurs de Bataille et travaille comme chorégraphe de combat pour des shows.
Atelier
Le maniement de la faux de paysan en tant qu’arme
Nous allons nous plonger dans le Arte Athletica de Paulus Hector Mair et pratiquer les techniques issues des dix pages consacrées à la faux de paysan. Dans la première partie, nous étudierons les postures et techniques issues de différentes pages du Arte Athletica. Dans la seconde partie, les participants pourront expérimenter le maniement de la faux de paysan en tant qu’arme. Cela leur permettra de travailler sur des contres et des variations de techniques précedemment évoquées ou sur des pages qui n’ont pas été traitées dans la première partie.
Niveau : Débutant
Matériel requis : Recommandé : Gants, Optionnel : masque d’escrime
Source(s) : De Arte Athletica de Paulus Hector Mair

Haut de page

 

Thomas BOEGLE
Freyfechter Augustini
DDHF, IFHEMA
Allemagne
Biographie
Thomas Boegle pratique l’épée longue depuis 2010. Il a participé pour la première fois à un tournoi international en 2012. Depuis, il participe régulièrement à des tournois, locaux comme internationaux.  A l’été 2015, il a été élu vice-président de la DDHF (fédération allemande des AMHE) avec les responsabilités suivantes : sport, développement sportif et tournois. En 2017 et 2018, il a participé à l’organisation du plus grand évènement AMHE d’Allemagne en tant que responsable de tournoi.
Atelier
L’arbitrage
L’atelier portera sur l’arbitrage en tournoi. Il concernera les bases essentielles de l’arbitrage, comme les exigences et le comportement requis pour être un bon arbitre. Les gestes d’arbitrages admis par l’ÖFHF et la DDHF, qui permettent notamment d’établir des critères généraux d’arbitrage, seront également expliqués.
De meilleurs arbitres, pour de meilleurs tournois, et plus de fun pour tout le monde.
Niveau : Aucun
Matériel requis : Aucun
Source(s) :

Haut de page

 

Thomas BOEGLE
Freyfechter Augustini
DDHF, IFHEMA
Allemagne
Biographie
Thomas Boegle pratique l’épée longue depuis 2010. Il a participé pour la première fois à un tournoi international en 2012. Depuis, il participe régulièrement à des tournois, locaux comme internationaux.  A l’été 2015, il a été élu vice-président de la DDHF (fédération allemande des AMHE) avec les responsabilités suivantes : sport, développement sportif et tournois. En 2017 et 2018, il a participé à l’organisation du plus grand évènement AMHE d’Allemagne en tant que responsable de tournoi.
Atelier
Utiliser le Meisterhau et gagner : comment faire ?
L’atelier aura pour thème le meisterhau, comment il peut être transféré d’un exercice technique au free sparring et pourquoi parfois il ne fonctionne pas. Nous débattrons des raisons de ces échecs et montrerons des examples et exercices techniques qui peuvent être appliqués en sparring. L’atelier s’adresse en priorité aux débutants et aux étudiants confirmés qui débutent le sparring et veulent améliorer leurs performances. Pour les combatttants expérimentés, cela peut être une nouvelle approche et une nouvelle source de motivation.
Niveau : Débutants et intermédiaires en sparring. Expérience intermédiaire en AMHE requise
Matériel requis : Minimum : Masque d’escrime, gorgerin et gants
Source(s) : Techniques de Lichtenauer

Haut de page

 

Jean-Pascal ESPARCEIL, Julien GARRY
France
Biographie
Jean-Pascal Esparceil a commencé l’étude des AMHE en 2005. Il pratique principalement l’escrime à l’épée et bocle selon le manuscrit I33. Chercheur en histoire militaire au Service historique de la Défense depuis 2012, la proximité des sources et du matériel utilisé, ainsi que de la dernière unité à cheval des forces armées l’ont conduit à étudier les techniques de combat de la cavalerie française du 19èmesiècle jusqu’à la Grande guerre. Il a conduit un atelier sur le même thème à l’EHEMAG 2017.
Atelier
La méthode de sabre de la cavalerie française, Saumur 1824
Cet atelier permettra aux participants d’apprendre les techniques constituant la méthode tout en expérimentant la pédagogie et les armes de l’époque où elle était enseignée. Le combat au sabre des cavaliers français inclut l’opposition contre des adversaires aux armes offensives et défensives différentes ; le combat contre des fantassins armés du fusil et baïonnette fera l’objet de simulations.
L’atelier sera basé sur les textes réglementaires de la cavalerie française, depuis « Escrime à cheval » écrit en 1824, publié en 1828, jusqu’au  « Règlement provisoire sur les exercices de la cavalerie 1873 », en passant par les manuels publiés par et pour des instructeurs.
L’atelier suivra le canevas de la quatrième leçon de l’école du cavalier à pied, première partie, exercice du sabre, de l’ordonnance de 1929.
Un document imprimé reprenant les textes et images des sources sera remis à chaque participant(e).
Niveau : Débutants/Intermédiaires
Matériel requis : Masque d’escrime obligatoire, un gant fin est vivement recommandé, ainsi qu’une cordelette de 60 cm au moins, afin de réaliser une dragonne et un simulateur de sabre.
Une douzaine de sabres de cavalerie légère d’époque sera disponible en prêt aux participant(e)s. La cavalerie était légère, pas les sabres, prévoyez des simulateurs. Les simulateurs de chevaux, de fusil avec baïonnette seront fournis.
Source(s) : « Escrime à cheval », « Règlement provisoire sur les exercices de la cavalerie 1873 », autres.

Haut de page

 

Karin VERELST/th>
SwArta/étudiante libre
SBSN (Fédération belge) + IFHEMA
Belgique
Biographie
Karin Verelst pratique les AMHE depuis une décennie et les arts martiaux depuis vingt ans. Elle s’entraîne avec le renommé groupe belge SwArta et a co-fondé l’association bruxelloise Via Bruxellensis. Elle est également la co-fondatrice de la SBSN, fédération belge d’AMHE. Karin se concentre principalement sur l’épée longue, la lutte et la dague (Liechtenauer et Fiore), même si son intérêt s’est étendu à la Destreza et au messer. Son intérêt se porte également sur le Jogo do Pau (bâton portugais) et la Glima (lutte islandaise). Elle participe régulièrement à des compétitions internationales et à d’autres événements d’AMHE. Elle a récemment intégré le circuit international des instructeurs avec un séminaire très apprécié sur le bastoncello de Fiore à Dijon, Tomar (Portugal) et Tilbourg (Pays-Bas). Son expérience martiale comprend également la boxe olympique, le Tai Jutsu et le Shaolin Kung Fu. Dans cette dernière discipline, elle a suivi un entraînement intensif à l’Académie d’Arts Martiaux de Shaolin des Montagnes de Kunyu durant l’été 2015 et a passé un examen avec succès. Karin a également acquis une qualification professionnelle à la British Academy of Dramatic Combat en 2016. Karin fait des recherches dans le domaine des AMHE. Elle a publié avec Daniel Jaquet et Timothy Dawson une référence universitaire : Late Medieval and Early Modern Fight Books — Tradition and Transmission of Martial Arts in Europe, publié par Brill en 2016. En tant que Membre du NIAS, elle a présenté ce nouveau champ d’investigation à la fine fleur de la recherche universitaire internationale et a été invitée à s’exprimer à l’université de Groningen sur le thème « Les arts martiaux comme art de vie » en 2017. Elle prépare différents articles et ambitionne de publier dans les années à venir une édition critique de l’ « Archetype L » , l’original présumé du Zedel de Liechtenauer.
Atelier
Travailler avec le corps féminin dans les AMHE
Le point de départ de l’atelier est l’idée que les différences biologiques réelles ou supposées entre les hommes et les femmes (et la conclusion selon laquelle les femmes seraient physiquement inférieures) freine le développement des femmes dans les AMHE. Il n’existe pas de « muscle féminin » en biologie. Pour la plupart des gens avec un équilibre normal entre taille et poids, les différences individuelles sont plus importantes que les différences de genre, surtout dans un contexte où les armes égalisent en partie les chances.
Devant ce constat, le principe de travail devrait être le suivant : les femmes qui s’entraînent sérieusement peuvent pratiquer les AMHE au même niveau que les hommes. Cela ne veut toutefois pas dire que les femmes ne font pas face à des problèmes physiques et mentaux spécifiques avant ou après leur entrée dans l’arène. Cela est en grande partie culturel, mais leur impact physique peut être très réél. Dès la naissance, les femmes sont conditionnées pour avoir moins confiance en elles et moins s’exprimer. L’idée « tu ne peux pas car tu n’es pas » induit un « tu n’es pas censée » intériorisé dès le plus jeune âge. Les idées et les attentes de comportement influent sur le positionnement global du corps, celui des genoux, la force des épaules, et l’incapacité mentale de contre-attaquer lorsque l’on est éprouvé à un haut dégré. La bonne nouvelle est que des remèdes existent même s’il n’y a pas de solution miracle. Le but de cet atelier est d’exposer ces problèmes aux pratiquants des AMHE hommes et femmes et de leur donner les outils pour y faire face dans le cadre d’un entraînement standard. Cela a un effet libérateur, pas seulement pour les femmes, mais aussi pour les hommes.
La philosophie pratique de mon approche est que l’on ne peut combattre uniquement si l’on peut combattre tout le monde (en principe) avec une chance raisonnable de succès. On n’apprend pas à se battre comme un homme mais on apprend à se battre point final. C’est pourquoi je parle de travailler avec le corps féminin plutôt que de travailler avec les femmes. Je ne pense pas qu’il devrait y avoir une pratique séparée des AMHE pour les femmes, tout comme je ne crois pas que des écoles séparées seraient la clé d’uné émancipation intellectuelle des femmes. Je crois en une approche différenciée pour gérer des problèmes spécifiques à l’intérieur du cadre commun, surtout en ce qui concerne les compétitions d’AMHE. L’idée de base est que le corps féminin a besoin d’émancipation de la même manière que l’esprit.
Cet atelier ne peut que montrer des pistes. Travailler sur ce sujet avec succès doit être envisagé dans le contexte d’un développement personnel et peut durer plusieurs années. Sa connaissance et la possibilité d’échanger par le biais d’un entraînement pratique est cependant un point de départ essentiel.Sommaire
1 ) Introduction et échauffement

Conscience du corps, acquérir de la confiance, traiter le corps genré d’une manière non genrée.
Apprendre à combattre : l’exercice du « frappe-moi à l’estomac ».
Brève remarque sur la façon d’accueillir des femmes débutantes dans un univers principalement masculin.
2) Psychomécanique du combat
Eveiller son guerrier intérieur et le mettre en pratique.
Se confronter à un adversaire.
S’imposer – s’approprier l’espace.
3) Ajuster la structure corporelle interne et externe
Alignement des hanches et des genoux.
Epaules, poitrine et autres choses dangereuses
Aïe les muscles du mollet
L’horreur des pompes (et des tractions)
Tu ne saisiras point !
Petit et grand, long et court
4)Le risque de se blesser mutuellement :
Chutes, frapper et frapper fort. Coups de poing à la poitrine, coups de pied dans l’aine.
5) S’approprier l’espace, revisité
Application en situations de sparring
6) Conseils opérationnels – Réactions :
Règles générales :
Arrêter de s’excuser.
« est-ce que ça va ? » est une bonne question.
Ca aide toujours de parler, mais pas trop.
Niveau : Intermédiaire/ Expérimenté/ Instructeur (Personnes qui ont une expérience de ces concepts d’entraînement)
Matériel requis : Equipement de base : masque, gants, protection de nuque, épée. Coque. Protection de poitrine si possible
Source(s) : Etant donné la nature du sujet, il n’y a pas de source spécifique. Les exercices seront cependant basés sur des techniques et des situations documentées lorsque cela est possible.

Haut de page

 

Marine BEAUMEL
Tampere HEMA / Ost du Griffon Noir
Finlande / France
Biographie
J’ai toujours pratiqué de nombreux sports et différent arts martiaux (savate, boxe thaï, judo). J’ai découvert les AMHE en 2008 et rejoint le groupe de Toulouse en 2010 ou je me suis entraîné à l’épée-bocle puis je l’ai enseignée, et ce depuis 5 ans maintenant. Actuellement, je suis à Tampere en Finlande, où j’ai co-fondé un nouveau groupe depuis 5 ans.
Je pratique également le Messer, la dague et l’épée longue, mais mon sujet de prédilection est le I:33
Atelier
Utilisez votre putain de bocle, style I.33
Cet atelier portera principalement sur comment utiliser la bocle comme une protection et une arme plus efficace avec des exercices simples et des sparrings libres. Nous travaillerons également sur la posture du corps et la mécanique qui en découle.
Nous verrons comment utiliser la bocle dans trois types de situations/distances : avant d’entrer en combat, distance d’engagement et courte distance/ entrée en lutte. La bocle possède différents usages comme attraper les lames, protéger les mains et le corps, brouiller la distance… L’objectif est d’apprendre à tout utiliser en même temps et d’être efficace lors des futurs combats. Ceci s’applique aussi au combat avec armes mixtes.
La bocle est un réel avantage, apprenez à vous en servir !
Niveau : Cet atelier est ouvert à tous
Matériel requis : Masque, gants, épée et bocle
Source(s) : Royal armouries, Ms I.33

Haut de page

 

Gautier PETIT-CHANTALAT
OGN Toulouse AMHE
FFAMHE / IFHEMA
France / Occitanie
Biographie
Je pratique les AMHE depuis 8 ans et suis instructeur depuis 6 ans (épée longue italienne et, récemment, rapière espagnole). J’ai conduit des ateliers lors de quelques événements (HEMAC Dijon 2015, AMHE Nantes 2014) et j’ai été récompensé du prix Philippe Errard en 2014 par la FFAMHE. J’ai proposé une traduction du Vadi et de quelques articles que vous pouvez lire sur le blog de l’OGN (appelé Le Sentiment du Fer)
Atelier
L’art de ne pas tuer
Dans certaines sources, nous pouvons observer que certains maîtres d’armes ont créé un système d’escrime ou de défense élaboré leur permettant de sauver la vie de leurs adversaires. La question que nous poserons dans ce cours est pourquoi et comment, et nous étudierons cela à travers trois sources qui nous serviront d’exemples : l’épée longue de l’Arte Gladiatoria Dimicandi de Philippo Vadi, le Kunst des Fechtens de Joachim Meyer et le Verdadera Destreza de las Armas de Francisco Lorenz de Rada. Nous verrons à chaque fois comment les contextes historique et sociologique les ont motivés à créer ces techniques ou ces arts martiaux spécifiques, et comment ils appliquent cette philosophie à l’aide de différentes perspectives sur leurs techniques. Pour finir, nous chercherons s’il y a une tendance commune dans leurs motivations et techniques de travail.
Niveau : Être capable de comprendre un français qui essaye de parler anglais.
Matériel requis : Une chaise
Source(s) :
Philippo Vadi Pisano Arte Galadiatoria Dimicandi
Joachim Meyer Kunst Des Fechtens
Francisco Lorenz de Rada De la Verdadera Destreza de las Armas

Haut de page

 

Jay MAXWELL
School of the Sword
HEMAC
Royaume-Uni
Biographie
Jay Maxwell a étudié et pratiqué les arts martiaux historiques depuis 2004. Il a enseigné sur de nombreux événements européens et a remporté ou s’est classé dans de nombreux tournois internationaux.
Jay a récemment concentré ses efforts sur la transition de ce que l’on nomme à présent l’épée de côté à la rapière. Cela signifie observer les changements techniques caractérisés par des rapières à lame plus courte et comprendre comment ces épées étaient utilisées : l’efficacité de la coupe en lignes fermées, avec des mouvements de sortie de ligne très contrôlés, et des ouvertures pour poursuivre un adversaire à courte distance.
Ce processus a combiné les méthodes et les ripostes de sources telles que Lovino, Docciolini et Palladini, ainsi que des systèmes plus populaires comme Fabris et Capo Ferro.
Actuellement, Jay étudie les effets de l’escrime nord-italienne sur les systèmes germaniques du Saint Empire romain avant la survenue de la guerre de Trente ans, et la façon dont elles se sont combinées pour créer un style caractéristique.
Les points particulièrement intéressants de ce nouveau système se reflètent dans une biomécanique caractéristique incluant une forte inclinaison de la tête et du torse pour passer de postures défensives avec le poids à l’arrière à des postures agressives portées vers l’avant. Lors de l’attaque, cela fournit de l’élan et également une meilleure protection lorsque couplée à l’esquive.
Beaucoup de ces systèmes semblent plutôt insister sur la taille et, basé sur l’analyse de gravures imprimées dans des manuscrits, les lames semblent être assez courtes. Interpréter des preuves visuelles d’après gravure n’est cependant pas chose aisée. Nous devons considérer le degré de supervision que le maître d’arme était capable d’exercer sur l’artiste et le graveur. Heussler, imprimeur de formation, inclut de nombreuses planches joliment gravées dans son ouvrage qu’il publia dans sa ville natale de Nuremberg, et la production fut confiée à l’imprimeur même qui l’avait formé comme apprenti. Pour cette raison, nous pouvons conclure que ces gravures sont une bonne représentation de ses idées sur les mouvements et l’équipement. Jay analyse a présent les travaux d’ Heussler, Köppen et Schöffer.
Une partie de ses travaux incluent une étude de la De Walden collection détenue à la collection Wallace, et Jay travaille actuellement sur une traduction anglaise de Heussler.
Atelier
De la taille à l’estoc – la lame de transition
En examinant les sources moins couramment documentées de ce qui est appelé la période de transition de l’épée de côté tardive et de la rapière primitive, cet atelier se concentrera sur l’examen des mouvements du corps et de l’épée dans les systèmes d’Italie du nord afin d’optimiser mouvement et posture en utilisant l’analyse des mouvements du partenaire d’une complexité grandissante. Ces exercices en partenariat sont conçus pour améliorer la vitesse, la force et l’efficience ainsi que la compréhension technique, en commençant simplement et construits de manière à ce que les combinaisons puissent être comprises même par des débutants.
Niveau : Adapté aux Débutants
Matériel requis : Masque, gants, rapière (veste recommandée)
Source(s) : Lovino, Docciolini, Palladini, Fabris, Capo Ferro, Schöffer, Heussler, L’Ange.

Haut de page

 

Jay MAXWELL
School of the Sword
HEMAC
Royaume-Uni
Biographie
Jay Maxwell a étudié et pratiqué les arts martiaux historiques depuis 2004. Il a enseigné sur de nombreux événements européens et a remporté ou s’est classé dans de nombreux tournois internationaux.
Jay a récemment concentré ses efforts sur la transition de ce que l’on nomme à présent l’épée de côté à la rapière. Cela signifie observer les changements techniques caractérisés par des rapières à lame plus courte et comprendre comment ces épées étaient utilisées : l’efficacité de la coupe en lignes fermées, avec des mouvements de sortie de ligne très contrôlés, et des ouvertures pour poursuivre un adversaire à courte distance.
Ce processus a combiné les méthodes et les ripostes de sources telles que Lovino, Docciolini et Palladini, ainsi que des systèmes plus populaires comme Fabris et Capo Ferro.
Actuellement, Jay étudie les effets de l’escrime nord-italienne sur les systèmes germaniques du Saint Empire romain avant la survenue de la guerre de Trente ans, et la façon dont elles se sont combinées pour créer un style caractéristique.
Les points particulièrement intéressants de ce nouveau système se reflètent dans une biomécanique caractéristique incluant une forte inclinaison de la tête et du torse pour passer de postures défensives avec le poids à l’arrière à des postures agressives portées vers l’avant. Lors de l’attaque, cela fournit de l’élan et également une meilleure protection lorsque couplée à l’esquive.
Beaucoup de ces systèmes semblent plutôt insister sur la taille et, basé sur l’analyse de gravures imprimées dans des manuscrits, les lames semblent être assez courtes. Interpréter des preuves visuelles d’après gravure n’est cependant pas chose aisée. Nous devons considérer le degré de supervision que le maître d’arme était capable d’exercer sur l’artiste et le graveur. Heussler, imprimeur de formation, inclut de nombreuses planches joliment gravées dans son ouvrage qu’il publia dans sa ville natale de Nuremberg, et la production fut confiée à l’imprimeur même qui l’avait formé comme apprenti. Pour cette raison, nous pouvons conclure que ces gravures sont une bonne représentation de ses idées sur les mouvements et l’équipement. Jay analyse a présent les travaux d’ Heussler, Köppen et Schöffer.
Une partie de ses travaux incluent une étude de la De Walden collection détenue à la collection Wallace, et Jay travaille actuellement sur une traduction anglaise de Heussler.
Atelier
Le jeu court – Prises, chutes et sales combines
A la suite du précédent atelier, nous jetterons un œil sur les jeux courts, en utilisant de nouvelles séquences d’exercices avec un partenaire afin de « construire » depuis l’engagement initial jusqu’à son issue, à travers les subtilités de la feinte et sur les prises et les luttes qui peuvent être utilisées avec des lames plus longues, ainsi que les esquives et les contres de ces mêmes techniques. Il convient de faire spécialement attention durant ces exercices du fait des chutes et des jetés, et d’observer des méthodes démontrées de chute en sécurité et d’accompagnement du partenaire d’entraînement.
Niveau : Adapté aux Débutants
Matériel requis : Masque, gants, rapière (veste recommandée)
Source(s) : Lovino, Docciolini, Palladini, Fabris, Capo Ferro, Schöffer, Heussler, L’Ange.

Haut de page

 

Tea KEW
Cambridge HEMA
Royaume-Uni
Biographie
J’ai commencé l’escrime historique à Cambridge HEMA, fin 2017, et me suis depuis concentré sur l’épée longue de Ringeck. En 2017 j’ai commencé à enseigner lors d’événements extérieurs à travers le Royaume Uni, notamment Fightcamp. Je dirige également la page The Illustrated Ringeck, proposant un guide photographique pour les jeux tirés de ses annotations.
Atelier
Apprendre à s’entraîner
Il est très commun d’étudier des techniques par de simples enchaînements, puis d’avoir du mal à les appliquer lors de combats libres à l’épée. Cet atelier s’intéressera à la manière de s’entraîner pour combler cet écart, par l’enseignement du jeu “twer unter twer” en utilisant les exercices tirés du Understanding Fencing (comprendre l’escrime). Nous travaillerons à une série d’exercices intermédiaires qui développeront progressivement la capacité à reconnaître une situation, sélectionner une réponse adaptée et appliquer cette réponse en situation de stress.
A la fin de cette classe, les participant.e.s utiliseront le “twer unter twer” en escrime libre. Mais surtout ils auront aussi acquis des outils qu’ils pourront utiliser pour travailler à d’autres jeux, dans leur propre club.
Niveau : N’importe qui sachant faire un twerhaw de n’importe quel côté est bienvenu.e. Soyez préparé.e.s à enchaîner les exercices et à transpirer.
Matériel requis : Epée longue synthétique ou en acier, de bons gants, un masque et une protection pour l’arrière de la tête, au minimum. Protections de sparring complètes recommandées.
Source(s) : Ms Dresd.C.487 28v; Understanding Fencing

Haut de page

 

Mathieu COTTEREAU
La Meute De NUADA
FFAMHE
France
Biographie
J’ai commencé les AMHE en 2011 et la lutte en 2013, principalement de la lutte libre et de la lutte XIXe s. française. A présent je travaille la lutte du Codex Wallerstein avec La Meute de NUADA. Je préfère la lutte aux autres disciplines parce que je pense que nous sommes plus facilement dans l’esprit et les situations présentées dans les sources.
Atelier
Rater un assaut
Parce que l’opposant était bon, ou parce que nous étions mauvais ? Il est clair que nous essayons trop souvent de revenir à la position que nous avions auparavant.
Le plus souvent, une garde, alors que c’est précisément cette attitude qui donne des ouvertures à l’adversaire !
Ce comportement nous empêche également de tirer avantage de situations qui sont pourtant présentées dans les sources avec les techniques à adopter.
Cet atelier a pour but d’utiliser la logique du codex Wallerstein, après une présentation, et de travailler à la continuité de l’assaut après un échec. Le but est d’apprendre à tirer avantage de nouvelles situations, en particulier celles qui semblent critiques, et continuer l’attaque et d’éviter de fournir des opportunités à l’adversaire.
Niveau : Débutant
Matériel requis : Protection pour les dents
Source(s) : Codex Wallerstein

Haut de page

 

Cor KRONENBURG
Zwaard & Steen
HEMA
Pays-Bas
Biographie
Cor a tenu pour la première fois une épée en 1996. Il a commencé l’entraînement puis l’enseignement du combat à l’épée. Il est le fondateur et l’instructeur de l’une des plus importantes écoles d’AMHE hollandaise. Zwaard & Steen enseigne les AMHE depuis plus de 15 ans et continue à se développer, explorant et approfondissant les arts un peu plus chaque jour. L’école enseigne la tradition de Liechtenauer pour l’épée longue, la dague et la lutte selon Ringeck, Lignitzer, Von Danziz et le reste de la tradition allemande.
« Mon expérience s’étend du Judo à l’escrime sportive en passant pour les arts martiaux occidentaux et l’équitation. Je fais également un peu de reconstitution historique, y compris pour le combat en armure complète et j’ai eu une courte carrière en joute. Je pense que les AMHE sont un puzzle en 3D que l’on ne peut embrasser en une seule vue. Ils comportent divers aspects qui vous sont tous nécessaires pour construire la structure. Ces aspects se soutiennent mutuellement, même s’ils constituent également des traditions à part entière. Tout est lié, plus vous pratiquez, recherchez et recréez, plus l’image se fait claire. Ecoutez, observez et agissez. Forcez-vous à sortir de votre perspective habituelle. »
Atelier
Würgegriff und Mordschlag
Nous connaissons peu d’informations sur le maître d’escrime allemand Hans Czynner. Il a probablement vécu à Passau. Pour des raisons inconnues, il a laissé l’œuvre de sa vie, le manuscrit « Über die Fechtkunst und den Ringkampf » à Graz en Autriche.
Dans cet atelier, nous explorerons quelques pièces de ce traité et plus particulièrement l’épée longue et la demi-épée. Nous ferons les jeux et les contres. Le “Aber eynn Schtuck” et le “Eynn Pruch dorwyder”.
Pour se rapprocher de la sensation du port d’une armure, merci d’apporter votre équipement complet. J’apporterai quelques bandes pour transformer votre masque d’escrime en casque à visière avec la visibilité et la respirabilité adéquate. Je porterai moi-même une armure Si vous avez une armure du 15ème ou du 16ème siècle, n’hésitez pas à l’amener et à la porter.
Niveau : Ouvert à tous les niveaux
Matériel requis : Epée longue, feder et armes similaires. Masque, protection de gorge et de poitrine sont obligatoires. Pour se rapprocher de la sensation de la lutte et de la demi-épée en armure, je vous suggère de porter le plus de protections possible durant cet atelier.
Ou bien amenez votre armure du 15ème ou 16ème siècle.
Source(s) : Ms963 Universitätsbibliothek Graz
Hans Czynner, Fecht- und Ringlehre – Passau 1538

Haut de page

 

Martin ENZI
Biographie
Martin Enzi est entré en contact avec les arts martiaux par le biais de la boxe avant de se tourner vers les AMHE en 2002. En 2005, il est devenu instructeur pour l’épée longue, le messer et plus tard pour la lance et les armes paysannes. La même année, il a participé à la transcription de Paulus Hector Mair (faux, faucille et fléau) pour le Higgins Armoury Museum. Même si la pratique de l’épée longue et des armes paysannes selon Paulus Hector Mair a toujours été importante, son intérêt principal réside dans le Messer selon le cgm582 de Johannes Lecküchner. D’autres sources sur le messer comme Talhoffer, Wallerstein et Paurñfeyndt sont également prises en compte. En parallèle, Martin fait des combats-spectacles depuis 16 ans et travaille occasionnellement comme superviseur de cascades et chorégraphe pour le cinéma ou la télévision.
Atelier
Une seconde arme sous-estimée dans le combat au Messer : la main gauche
La plupart du temps, l’entraînement au Messer se concentre sur le contrôle de la lame, des pieds et peut aborder un peu de biomécanique. Mais le timing a également son importance : quand et comment bouger la main, comment agripper, pousser, frapper ou déstabiliser son adversaire. N’oubliez pas que la main gauche est une arme supplémentaire, dangereuse de l’épaule au bout des doigts. L’objet de cet atelier est donc de savoir comment pousser, tenir, aggripper, déstabiliser ou frapper l’adversaire au bon moment et de la bonne manière pour conclure avec le Messer.
Niveau :
Matériel requis : Masque, protection dentaire, messer ou épée à une main (acier/aluminium – pas de simulateurs en bois ou en plastique)
Source(s) :

Haut de page

 

Ties KOOL
HVN – Historisch Vrijvechten Nederland
HEMA
Pays-Bas
Biographie
Ties a commencé les AMHE en 2003. Il est l’instructeur en chef du HVN (Historisch Vrijvechten Nederland) qu’il a fondé en 2015. Ties y enseigne principalement l’épée longue allemande et le sabre militaire hollandais, mais il propose également des ateliers à l’international dans d’autres disciplines comme la lutte ou la dague. Ties s’est classé dans de nombreux tournois avec des armes variées. Il est connu pour son approche claire et pragmatique de l’escrime.
Atelier
Comment combler le fossé entre l’entraînement technique et le sparring
Les gens peinent souvent à appliquer leurs techniques en sparring. Le fossé entre un exercice technique contrôlé et le sparring semble trop important pour beaucoup. Qu’il s’agisse d’un tournoi ou d’un free sparring, il leur manque quelque chose. Dans cet atelier, nous allons travailler des excercices susceptibles de combler ce fossé. Une connaisance des techniques basiques de l’épée longue est nécessaire, mais chacun pourra travailler à son niveau. Les participants devront s’équiper au minimum d’un masque, de gants et si possible d’une protection de gorge. Un équipement plus complet sera toutefois un atout puisqu’il permet d’augmenter l’intensité et la vitesse des exercices.
Niveau : Tous
Matériel requis : Au minimum une épée longue, un masque et des gants. Un équipement complet est préférable.
Source(s) :

Haut de page

 

Sam Brennan BOOTH
The Renaissance Sword Club/London Historical Fencing Club
None
Royaume-Uni
Biographie
Lorsqu’il était enfant, Sam passa rapidement du simple jeu avec des bâtons à l’escrime olympique avant d’être déçu par la nature de ce sport. Il s’est essayé à la boxe et à l’escrime thaïlandaise ainsi qu’à la Capoeira avant que son amour des épées ne se joigne à son amour des livres dans la pratique des AMHE. Il enseigne la rapière, avec ou sans arme auxiliaire, au Historical Fencing Club de Londres et, malgré tous leurs efforts, il reste membre du Renaissance Sword Club.
Atelier
Le contrôle de l’espace, de l’adversaire et de soi-même
Le thème central sera le contrôle. Le contrôle de l’espace, de l’adversaire et de soi-même. L’atelier tirera ses techniques du livré des leçons attribué à Pedro de Heredia. Nous travaillerons sur une série d’exercices dans le but de développer des réponses appropriées à des attaques sur les lignes intérieure et extérieure. Tout au long de l’atelier, les participants seront encouragés à réfléchir sur le thème du contrôle. L’atelier sera ouvert à tous les niveaux et chacun devrait trouver matière à réfléction dans ces exercices.
Niveau : Débutant/ intermédiaire
Matériel requis : Minimum : gants, masque, rapière . Recommandé : veste d’escrime, protection de gorge
Source(s) : Livré des Leçons

Haut de page

 

Willeke SNIJDER
Bataille
HEMA
Pays-Bas
Biographie
Willeke a commencé l’aventure des AMHE avec bataille en 2008 (anciennement nommé Noorderwind). Elle s’est entraînée avec de multiples armes, principalement dans le but de les utiliser dans des shows et des démonstrations pour le public. Durant ces entraînements, elle a été initiée à la faucille et celle-ci est rapidement devenue l’une de ses armes favorites. Durant les deux dernières années, elle a enseigné la faucille selon Paulus Hector Mair à plusieurs reprises.
Atelier
Introduction au combat à la faucille selon Paulus Hector Mair
La faucille est un outil de paysan utilisé pour couper l’herbe et les céréales, mais elle peut être reconvertie en une arme rapide et redoutable si elle est mise entre de bonnes mains. Cette technique a été décrite par Paulus Hector Mair dans son manuscrit “Opus Amplissimum de Arte Athletic” qui est la seule source connue pour le combat à la faucille. Les seize planches en latin du manuscrit de Munich et leur traduction sont la source principale de cette introduction à la faucille.
Niveau : Débutant
Matériel requis : Minimum : gants, masque d’escrime (protection de l’arrière de la tête fortement recommandée). Faucille émoussée, mais nous en prêtons également.
Source(s) : Snijder_atelier

Haut de page

 

Pierre-Alexandre CHAIZE
Indépendant
Aucune, dieu merci
France
Biographie
Pratiquant les AMHE depuis 2000 et instructeur depuis 2004, Pierre-Alexandre Chaize est l’auteur d’une thèse de doctorat sur la transmission du geste par l’écrit. Auteur et instructeur sur de nombreux stages francophones et plus rarement internationaux, ses axes de travail et d’enseignement se concentrent sur la transmission du geste et la pédagogie des livres de combat médiévaux/modernes. Actuellement archiviste à la Banque de France, il prépare une traduction commentée de l’œuvre de Joachim Meyer ainsi qu’un ouvrage sur la transmission technique à la fin du Moyen Age.
Atelier
« Quitter le fer/Abnemen » faut-il respecter l’ordre d’écriture d’un texte dans notre transmission gestuelle ? L’exemple de l’escrime au Coutelas selon Hans Leckuchner
Incorporé au premier chapitre de l’escrime au coutelas, le fait d’ôter son arme de celle de l’adversaire est encadré en amont par un fondamental technique et en aval par la description des sensations de l’assaut et des divisions du corps humain. Son texte est composé d’une technique, de trois ripostes et d’une manière de contrer l’une de ces ripostes, formant un ensemble textuel cohérent où les éléments se font mutuellement référence.
En envisageant ce détachement depuis une posture conventionnelle, à savoir le choc et le lien entre les deux armes, cet atelier propose d’étudier rapidement la nature de ce détachement, son caractère introductif aux notions de tendresse et de fermeté ainsi qu’aux ouvertures.
Niveau : Débutant au coutelas, mais avec des notions de jeux allemands
Matériel requis : Minimum : gants, masque d’escrime.
Source(s) : Cgm 582

Haut de page

 

Pierre-Alexandre CHAIZE
Indépendant
Aucune, dieu merci
France
Biographie
Pratiquant les AMHE depuis 2000 et instructeur depuis 2004, Pierre-Alexandre Chaize est l’auteur d’une thèse de doctorat sur la transmission du geste par l’écrit. Auteur et instructeur sur de nombreux stages francophones et plus rarement internationaux, ses axes de travail et d’enseignement se concentrent sur la transmission du geste et la pédagogie des livres de combat médiévaux/modernes. Actuellement archiviste à la Banque de France, il prépare une traduction commentée de l’œuvre de Joachim Meyer ainsi qu’un ouvrage sur la transmission technique à la fin du Moyen Age.
Conférence
« Trit man so trit er auch », la marche et le mouvement des pieds selon le livre d’escrime de Joachim Meyer, 1570
Dans son livre de 1570, le strasbourgeois, coutelier et escrimeur Joachim Meyer explique à quelques reprises ses conseils sur les marches à adopter quand on est impliqué dans un assaut, armé ou non. Pourtant, il est possible d’aller beaucoup plus avant dans l’étude de son texte pour déterminer quelle est la nature de ces déplacements et de la marche même dans l’escrime germanique du XVIe siècle. Avec une étude quantitative et organisationnelle du lexique lié à la marche et aux membres, la marche apparaît objectivement, avec ses nuances, ses imprécisions et surtout sa richesse, différente parfois selon les armes et les contextes, mais toujours beaucoup plus complexe que ne le laissent entrevoir les rares descriptions et conseils des auteurs martiaux de cette époque.
Niveau : Connaissance basique de l’escrime germanique des XVe et XVIe siècles
Matériel requis : Aucun, conférence en français
Source(s) :

Haut de page

 

Julien VUAGNIAUX
France
Biographie
Non précisée
Conférence
Harnish Ringen, le lien entre les entrées et le unterhalten
Atelier d’expérimentations sur les entrées en lutte en armure, soit après la perte de l’arme principale, ou volontairement sans arme. Essayer de faire des mises au sol propres, soit aidé de la dague, soit a « mains nues », Il y a peu de pièces , mais on en trouve chez Fiore, et dans d’autres traités. Trouver comment faire se rejoindre la pratique instinctive de la lutte en armure avec les traités et réussir a mieux comprendre nos chutes involontaires.
Faire des liens entre les différentes techniques de luttes « civiles » avec la pratique en Harnisch.
Niveau : Intermédiaire
Matériel requis : Armure complète ou approchant, masque d’escrime, si vraiment, protections AMHE lourdes
Source(s) :

Haut de page

Pour entrer en contact avec nous, vous pouvez nous envoyer un email à cette adresse : hemacdijon.inscription@gmail.com