Instructeurs

 

Instructeurs Dijon 2024

 Chris Lee-Becker

Chris est instructeur et directeur de l’Académie da Espada Dautschland, qui est le chapitre allemande de l’Académie da Espada du Maître Ton Puey. Depuis fin 2019, il s’est spécialisé dans l’art de l’escrime de La Verdadera Destreza. Il entraîne aussi à l’art de l’escrime italienne à l’école d’escrime de Krifon près d’Heidelberg, sous la coupe du maître d’escrime Christian Bott. En 2021, Chris a suivi le cours de formation de l’Association bavaroise d’escrime dans le domaine de l’escrime historique. Sur le plan sportif, il a participé à plusieurs tournois et a remporté le titre de champion d’Allemagne 2021 dans la discipline de la rapière. Il a également reçu le prix de « Meilleur escrimeur technique » lors du séminaire international sur la rapière à Copenhague en 2022.

Kindred Willow 

 » J’ai commence les AMHE pendant mes études à l’Université de Glasgow en 2015 avec la Broadsword écossaire de Keith Farrell. Je suis vite devenu instructeur assistant puis instructeur à l’Université avant de fonder mon propre club, Glasgow HEMA, en juin 2018 où j’enseigne encore à ce jour. Mes points de focalisation sont l’ère géorgienne dans l’escrime, la broadsword (et la targe), le sabre, le bâton et plus récemment la smallsword. Ces dernières années, j’ai également commencé à m’intéressé à l’ère Lichtenauerienne, plus particulièremene à l’épée-bouclier, la dague, la lance et l’éppée à une main/le messer. »

Joachim Bartsch

joe-hema-800px

Joachim « Joe » Bartsch a commencé à pratiquer les arts martiaux à l’âge de 11 ans, en 1976, avec le judo. Après s’être entraîné à d’autres arts non armés comme le Jiu Jitsu et avoir fait une pause, il a commencé à étudier les arts martiaux philippins basés sur les armes en 1997. En 2006, après avoir déménagé, il a rejoint l’école d’escrime Krifon, commençant ainsi son voyage dans l’HEMA en apprenant l’épée longue. En raison de ses antécédents en matière de PMA, il a créé en parallèle un groupe de recherche et d’entraînement consacré au Messer en mars 2008. Depuis lors, il est le chef et l’entraîneur de ce groupe connu sous le nom de Messerfechten Mainz, qui fait des recherches sur l’art martial de l’escrime avec le Messer, y compris d’autres armes comme la dague, et sur le combat à mains nues. Au fil des ans, il a tenu plusieurs séminaires d’enseignement du Messer, également pour l’ADFD, a écrit un petit livre pour ses étudiants en 2015 et a créé une chaîne YouTube en 2016 pour promouvoir l’escrime Messer et aider les personnes intéressées à commencer.

Isobel Zijlstra

Isobel a commencé à s’entraîner chez Zwaard & Steen il y a un peu plus de deux ans, et se concentre sur l’épée longue Liechtenauer et l’épée longue Vadi, ainsi que sur le sabre militaire austro-hongrois du 19e siècle. Ils se sont intéressés à l’HEMA il y a 4 ans pour un projet d’école secondaire et ont écrit un article de 80 ( !) pages sur Philippo di Vadi et Pietro Monte. A l’âge de 18 ans, ils ont rejoint Z&S et n’ont pas lâché leurs épées depuis. Ils travaillent avec Russ Mitchell pour traduire des manuels de sabre militaire austro-hongrois du XIXe siècle en anglais facile à comprendre, dont deux ont été publiés jusqu’à présent : Fencing at the Theresian Academy (Russ, Zijlstra, Sept 2022) et House of Chappon (Russ, Zijlstra, Kovacs, Bencsik, Nov 2023). Isobel est également membre du conseil général de Zwaard & Steen.

George Livermore

George Livermore est prévôt du 1595 Club, et actuellement instructeur au chapitre de Milan
Joueur de rugby à l’origine, il a malheureusement dû abandonner ce sport en raison d’une blessure et a donc commencé à pratiquer les arts martiaux à Brighton en 2002, sous la tutelle du fondateur du club, Chris Chatfield.
En 2005, George est devenu le troisième élève libre du club et a entamé son parcours pour devenir Provost, ce qu’il a fait en 2012.
Il s’est installé à Milan pour ouvrir sa propre école et poursuivre son parcours vers le titre de Master, pour lequel il doit enseigner à un élève jusqu’au niveau de Provost.
Au cours de sa carrière, de ses études et de son parcours, il a participé et a été invité à enseigner lors de nombreux événements dans le monde entier : FISAS, WMAW USA, MHFA… pour n’en citer que quelques-uns. Il enseigne toutes les formes d’armes, des armes non armées aux armes doubles, en passant par les armes de bâton pour faire bonne mesure.
Bien que le 1595 Club utilise le traité de Vincentio Saviolo comme l’une de ses principales voies d’exploration de l’art de l’escrime, il ne se limite pas à ses enseignements et a fait évoluer son système martial en incorporant d’autres formes d’arts martiaux, par exemple la boxe à poings nus de l’Angleterre victorienne, le système martial français de la Savate et d’autres systèmes basés sur les armes, y compris le traité de sabre naval/couteau d’Angelo, ainsi que le sabre classique contemporain. L’objectif est de créer un système martial holistique et robuste en utilisant les principes martiaux et la philosophie de Saviolo comme base pour construire notre étude.

Jacek Kaminski

 Jacek Kaminski

Ancien combattant professionnel de MMA.

 

 Tea Kew

Tea fait partie de l’équipe d’entraîneurs de New Cross Historical Fencing à Londres, après avoir été conceptrice du programme et instructrice principale pour Cambridge HEMA. Leur principal domaine d’étude est la brillance de l’épée longue de Ringeck, visant à incorporer l’étude historique et la science sportive moderne pour produire des interprétations robustes et bien fondées. Tea a également beaucoup travaillé sur la formation d’instructeurs et d’arbitres HEMA pour aider les clubs et les événements. Tea a donné 40 ateliers lors d’événements à travers le monde, y compris l’HEMAC Dijon, Longpoint et le Festival of the Sword. Ils gèrent également le blog Game Design for HEMA et le site Web Fechtlehre, où ils partagent des articles et des jeux d’entraînement pour les instructeurs.

 

Filipe Martins

Philip Martin

Pratiquant d’Hapkido depuis 18 ans, il a découvert les AMHE en 2015. Instructeur à l’Academia de Esgrima Histórica, il s’est consacré à l’étude de l’histoire militaire et de Destreza Comum de Domingos Luís Godinho, dont il a traduit le traité avec la collaboration de Luís França.
Il enseigne principalement l’épée à rapière, la rodela, la dague et l’abrazzare, tout en continuant à enseigner l’Hapkido.

 

Daniel Hambraeus

Il enseigne principalement l’épée à rapière, la rodela, la dague et l’abrazzare, tout en continuant à enseigner l’Hapkido.

 

Luis França

Né en 1979 à Benavente, Ribatejo. Il est instituteur de profession, photographe amateur, surfeur et passionné d’histoire portugaise. Depuis son enfance, il rêvait de faire de l’escrime, un rêve qui s’est réalisé en 2015 lorsqu’il a rejoint l’Academia de Esgrima Histórica. Son amour pour l’escrime de la Renaissance et le fait que Godinho soit originaire de Ribatejo, comme lui, l’ont poussé à étudier cet auteur.
Il a commencé à étudier les AMHE en 2015, et en 2017 est devenu instructeur d’armes avec examen et thèse sur le traité « Arte de Esgrima » de Domingos Luís Godinho (1599), après avoir été évalué par les maîtres d’armes Ton Puey et Manuel Valle Ortiz. Il a participé à des événements sportifs et d’entraînement au Portugal et en Espagne, où certains de ses professeurs étaient Maître Alberto Bomprezzi, Maître Ton Puey, Diniz Cabrera, Andreas Klingelmayer, Jacopo Penso, Matyas Miskolczi, Eugenio Garcia-Salmones, Juan Diego Conde Eguileta, Moncho Varela et Xosé Nieto. Il a collaboré avec l’instructeur Filipe Martins à la transcription et à la traduction du traité « Arte de Esgrima » de Domingos Luís Godinho (1599), publié depuis décembre 2021.

 

Godefroy Lafayolle de la Bruyère

Pratiquant depuis plus de dix ans les AMHE, et toujours dépourvu lorsqu’il s’agit de se présenter. J’ai une pratique pluriel des AMHE (épée longue, épée de côté, couteau…) mêlant aussi bien la lecture, l’étude de sources et la mise en pratique. Je m’engage aussi dans le quotidien pour le développement de la pratique en France.

 

Tim Boggetto

« J’ai commencé l’HEMA en 2015 au sein du REGHT Dunkerque, et j’ai été immédiatement immergé dans la tradition bolognaise. Après avoir rejoint l’Ecole Chevaleresque à Montpellier, j’ai gardé mon intérêt pour cette tradition, et je dirige maintenant le cours d’escrime bolognaise dans le club. Je me concentre principalement sur l’épée simple, et les armes d’accompagnement présentées dans les sources (bouclier, dague, cape, …). »

 

Mike Prendergast

Mike Prendergast fait des recherches sur les arts martiaux européens historiques et les pratique depuis 1999. Traducteur et interprète de l’omnibus martial de Pietro Monte, « The Collectanea » (1509), Mike s’intéresse également aux styles d’escrime italiens de la Renaissance. Initialement étudiant l’escrime bolonaise, il enseigne également la rapière de Nicoletto Giganti (1606) et le style de Fiore dei Liberi (vers 1410).

Mike a été médaillé lors de tournois internationaux en rapière, rapière et dague, épée et bouclier et épée longue. Il a été délégué (capitaine d’équipe) et compétiteur en rapière et dague dans l’équipe du Royaume-Uni et de l’Irlande pour le tournoi HEMA aux Jeux européens de Minsk en 2019.

Mike est le fondateur et l’instructeur en chef de la Historical Combat Academy (HCA) et enseigne également avec SCA Dun in Mara, à Dublin, en Irlande. Il a enseigné en Irlande, au Royaume-Uni, en France, aux Pays-Bas, en Suède, en Finlande, au Danemark, en Allemagne et aux États-Unis. Il coordonne le séminaire international annuel de rapière (IRS), qu’il a accueilli en 2015. Il a présenté son travail de traduction lors de conférences universitaires et publiques en France et en Biélorussie.

 

Ulrik Neumann

Ulrik a commencé l’escrime historique avec des sources militaires britanniques et le Messer. Il est actuellement président de « Die Freifechter » à Cologne, en Allemagne, et instructeur en chef pour tout ce qui concerne le Messer.
Au cours de son voyage en escrime historique, Ulrik a appris à aimer et à s’amuser avec beaucoup d’armes et de styles HEMA différents, mais son premier et véritable amour reste le Messer.

 

Aurélien Calonne

Aurélien C

 

Aurélien a commencé la pratique des AMHE (Arts Martiaux Historiques Européens) en 2010 après quelques années d’escrime artistique. Son intérêt principal est tradition bolonaise qu’il essaye de diffuser le plus largement possible que ce soit à travers les traductions des traités de celle-ci, par des ateliers sur les différents stages AMHE ou encore par des articles sur son site nimico.org. Il est aussi instructeur dans l’association Nimico, basée sur Lille, où il enseigne l’escrime bolonaise dans les diverses armes de la tradition : épée bocle, épée à deux mains, épée dague et armes d’hast.

 

Catherine Loiseau

Catherine a commencé la pratique des AMHE en 2010 après quelques années d’escrime artistique. Son intérêt principal est la tradition bolonaise qu’elle pratique et enseigne avec son mari au sein de l’association Nimico

 

David Pascal San Adrian

David Pascal a commencé l’escrime à un très jeune âge et a rapidement commencé à étudier l’escrime ancienne en s’intéressant très tôt à l’épée française.
Il étudie depuis un certain temps d’autres arts martiaux japonais tels que le kenjutsu, l’aïkido ou l’iaido, et étudie actuellement deux traditions d’escrime ancienne tout en poursuivant sa formation d’escrimeur, la première est une étude générale de l’école française de la fin du 17ème et du début du 18ème siècle avec des auteurs tels que La Touche, Liancour et Girard. Le second axe d’étude correspond à la doctrine mixte espagnole avec l’auteur Rodriguez del Canto, une école espagnole originale du 18ème siècle qui mélange les écoles française, espagnole et italienne en un seul système.

 

Jamie MacIver

Jamie-MacIver-e1687282381366

Jamie est l’un des membres fondateurs du London Historical Fencing Club. Depuis 2017, il enseigne l’épée longue en se basant sur les travaux du maître italien du XVe siècle, Philippo di Vadi. Il se concentre également sur l’épée latérale, seule ou avec des armes d’accompagnement, d’après des sources bolonaises et d’autres sources italiennes du XVIe siècle, en mettant l’accent sur l’identification des principes communs de la théorie de l’escrime qui sous-tendent ces sources étroitement liées.

Jamie croit fermement qu’il faut trouver un équilibre entre la théorie et la pratique, et ses cours mettent l’accent sur des exercices basés sur des principes fondamentaux, qui aident les élèves à explorer comment adapter les techniques pour qu’elles leur conviennent, et sur la compréhension de la théorie de l’escrime qui sous-tend chaque technique.

En plus d’enseigner, Jamie est l’un des principaux organisateurs de la seule ligue de tournois du Royaume-Uni – la Wessex League – et est un compétiteur actif et couronné de succès pour toute une gamme d’armes, tant au Royaume-Uni qu’à l’étranger.

 

Gonzalo Martinez Cabrera

Gonzalo

Parcours professionnel :
Gonzalo a quitté sa Majorque natale à l’âge de 18 ans et a servi pendant 10 ans dans l’armée, dont une bonne partie dans les opérations spéciales. En 2006, il a rejoint l’équipe de tireurs d’élite en tant qu’auxiliaire médical et spécialiste des transmissions, avant d’être promu au rang d’instructeur avancé. Au cours de sa carrière militaire, il a servi en Bosnie et au Liban.
En 2010, changeant d’uniforme, il a servi pendant trois ans dans une société de sécurité privée pour protéger les navires contre la piraterie dans l’océan Indien.

Formation HEMA (nationale):
Il a commencé à Tercio Viejo (Alicante) sous la direction de Pablo M. Montes, en travaillant principalement la tradition Liechtenauer et l’épée longue en 2005.
De retour à Majorque en 2010, et comme il n’y avait aucun endroit où s’entraîner à l’épée longue, il a fondé la salle d’escrime Tercio Nuevo à Palma et a commencé son parcours en tant qu’instructeur.
En 2012, le club Tercio Nuevo a été l’un des fondateurs de la Fédération Espagnole des Clubs d’Escrime (FEEH).
La même année, Gonzalo a donné son premier atelier à Soria, en Espagne, intitulé « Adrenaline Rush in combat and how to manage it » (La montée d’adrénaline en combat et comment la gérer).

Pendant presque cinq ans, de 2014 à 2018, il a fait une pause pour pratiquer et étudier d’autres arts martiaux, en particulier le BJJ, le Tai Chi et le Qi Gon. Ces années-là, il a commencé à étudier la psychologie et à comprendre l’escrime sous différents angles.
De retour à l’HEMA en 2018, il rejoint son club actuel, la CAMHED, et en 2020, il devient instructeur professionnel et commence à enseigner principalement l’épée longue, la dague et le messer dans la tradition Liechtenauer.
2023 rejoint l’UGFAS, une entité d’origine militaire pour les arts martiaux qui gère la reconnaissance institutionnelle et officielle de l’HEMA en Espagne au même niveau que tous les autres arts martiaux.
2023 devient instructeur certifié d’épée longue, délégué pour les îles Baléares et agent de liaison international de l’UGFAS.

Parcours HEMA (international)
En 2011, il a rejoint l’HEMAC et depuis lors, il participe régulièrement à des événements internationaux, en commençant en 2011 par le rassemblement de l’HEMAC à Dijon, bien sûr, la même année. Parmi les autres événements auxquels il a participé au cours de ses premières années, citons le SWASH 2012 à Leeds Royal Armouries, le Highland Challenge de Paul McDonald, l’événement italien Fisas à Verbania et plusieurs autres éditions de l’HEMAC et de Dreynevent, principalement.
En 2023, il a collaboré à la traduction anglaise de Pablo Moya Montes « La espada de dos manos y el Montante » aux éditions AGEA, qui devrait paraître cette année.

 

Karp Rapp

Karl s’entraîne à la rapière, au sabre ainsi qu’à l’épée et au bouclier depuis 2008, et se concentre principalement sur la rapière de Capoferro depuis 2012. Il est expérimenté et ne perd jamais son calme. Il aime aussi les armes d’accompagnement comme la dague, la cape ou parfois une serviette mouillée. Son plus grand plaisir est de voir ses élèves faire l’expérience d’une véritable révélation à l’entraînement, ce qui lui arrive encore parfois.

 

Andreas Arnold

Andreas ARNOLD est un gaillard colossal mais amical, moitié suisse, moitié alsacien exilé en Bretagne où il pratique les AMHE depuis 2013 au sein des deux clubs les plus à l’ouest de France, la Compagnie Dagorlad et Brest AMHE. Dans ces deux clubs, il a été amené à animer des cours sur une base semi-regulière (2015-2017) puis régulière (depuis 2017). Il apprécie beaucoup l’escrime allemande selon la tradition de Johannes Liechtenauer mais son coeur va à l’escrime selon l’école bolonaise avec une préférence pour l’épée de côté seule. Il étudie depuis deux ans la canne de défense selon différents auteurs du XIXè siècle. Il a déjà animé de nombreux ateliers en stages nationaux (stage Dagorlad, HEMA Nantes, Isle d’Adam, Guespinades d’Orléans). En parallèle il a une dizaine d’années de pratique en escrime sportive (sabre).


Anne-Charlotte Misto

Anne-Charlotte MISTO pratique les AMHE depuis 2017 au sein de la Compagnie Dagorlad et depuis 2018 au Brest AMHE (Finistère, Bretagne). Dans ces deux clubs, elle a été amenée à animer des cours sur une base semi-regulière puis régulière (depuis 2021). Elle est compétente en escrime allemande selon la tradition de Liechtenauer, mais ses deux préférences vont vers l’escrime bolonaise ainsi que l’étude des sources ayant trait à la self-défense (notamment féminine) du XIXè siècle; elle a commencé l’étude de la canne de défense il y a deux ans. Son axe de réflexion principal, car il a eu une influence fondamentale sur sa propre pratique, concerne la posture et son lien avec le mental, la confiance en soi et la qualité technique du jeu.

 

Nico Donnadieu 

Instructeur à l’ Elsamhe – AMHE Strasbourg, Je traîne dans les salles d’armes depuis une quinzaine d’années. Débutant dans ma jeunesse par de l’escrime sportive, puis de l’escrime artistique à haut niveau, je pratique les AMHE depuis 2016. En partant du I.33, et ayant exploré les glossateurs de Lichtenauer et des traités de lutte, mes terrains de jeux actuels le portent vers les traditions italiennes.

 

Joao Oliveira

Joao Oliveira

João Oliveira est né à Lisbonne en 1994, et deux de ses principaux centres d’intérêt sont l’histoire médiévale et l’armement.
En 2015, il a commencé à pratiquer l’HEMA et est devenu instructeur à l’Academia de Esgrima Histórica en 2023.
Il a obtenu sa maîtrise en histoire militaire en 2020. Il enseigne actuellement l’armement de l’épée, de l’épée longue et de la dague ronde selon Fiore dei Libero, ainsi que l’épée et le bouclier selon le traité MS.I.33.
Il a donné un atelier sur la dague ronde au Panóplia Ibérica de 2023.

 

Olivier Dupuis

Olivier Dupuis est un membre actif de la communauté HEMA depuis 2001, date à laquelle il a commencé à enseigner. Il tient un groupe permanent à Strasbourg depuis 2011 et gère des dizaines d’ateliers ou de conférences ici et là à travers l’Europe.

 

Robin Rabechault

« J’ai commencé les AMHE en 2016 à Lyon AMHE, et je suis aujourd’hui l’un des instructeurs de l’association. Grâce à une longue histoire des arts martiaux, j’ai pu puiser dans cette expérience pour compléter mes interprétations, comme on utilise l’ADN de grenouille pour compléter les séquences ADN des anciens maîtres. »

 

Michael Rensen

MichelRensen2

Michel Rensen a commencé à pratiquer l’HEMA (sans aucune expérience des arts martiaux) chez Zwaard & Steen en 2013, dans le but de trouver une activité plus physique que les jeux vidéo. Un peu plus d’un an plus tard, il s’est inscrit au programme de formation des instructeurs. Il a terminé ce programme environ un an plus tard, ce qui fait de lui un instructeur à part entière du club. Outre les cours qu’il donne chaque semaine à Zwaard & Steen, il a également animé des ateliers lors de divers événements. Outre l’enseignement, Michel participe régulièrement à des tournois d’épée longue.

 

Pierre-Henry Bas

Pierre-Henry Bas est pratiquant d’AMHE depuis 2002 et instructeur depuis 2006. Spécialisé dans l’escrime germanique des XVe et XVIe s, il troque parfois l’épée longue pour le sabre du XIXe s., ou sa paire de baskets pour une paire de bottes et un cheval.
En 2010, il a créé l’association REGHT (Recherche et Expérimentation du Geste Historique et Technique), dont il est l’actuel président, dans le cadre de sa thèse intitulée « le combat à la fin du Moyen Âge et dans la première modernité : théories et pratiques.
Il a créé à partir de son travail de doctorat la Convention des Joueurs d’Epées, un ensemble de principes et de conventions à suivre en assaut et à l’entrainement afin de favoriser le beau jeu, l’échange et la gestuelle historique décrite dans les traités d’escrime.

 

Nicolas Ferrand

« Vabo » a commencé les AMHEs en 2014 à Lyon, dans le prestigieux club de Lugdunenses, a continué ses péripéties chez les chauvins mais non moins sympathiques bourguignons de De Taille et d’Estoc, a poursuivi à Niort chez les méconnus mais talentueux meyeriste d’ EscriMédiévale17 pour finalement finir sa course dans le prodigieux club d’ AMHE Apicula Carcassonne.

 

Damien Olivier

« J’ai commencé l’HEMA en 2016 à Nantes (CELN) avec des traités de sabre français, qui n’étaient souvent que des sous-sections de traités de fleuret plus larges. Finalement, les traditions plus détaillées de l’épée de petit calibre ont pris le dessus et j’ai commencé à m’intéresser à l’objet lui-même, qui est souvent mal compris par les croisements entre l’escrime moderne, l’escrime de scène, l’HEMA et sa convolution avec les rapières. J’ai récemment consacré du temps à la collecte et à la classification de ces traités, ainsi qu’au développement de pipelines pour la transcription et l’analyse des traités d’épée légère. »

 

Tobias Zimmermann

Tobias pratique l’escrime depuis 19 ans, en commençant par l’escrime olympique, suivie par l’escrime italienne au couteau et au bâton « La Superba », qui a entraîné son premier contact pratique avec le sabre allemand du 19e siècle. Cela a conduit à la création spontanée de Fechtboden Zimmermann juste avant le premier symposium international de sabre. Depuis, Tobias se consacre à la promotion de l’escrime des 18e et 19e siècles, en mettant l’accent sur les sources allemandes, ainsi que sur d’autres disciplines moins connues. Il a traduit en anglais deux manuels sur l’escrime de poussée Kreusslerienne et a relu quelques autres traductions. En tant qu’instructeur, il a été invité à donner des cours en Allemagne, en Autriche, en France, au Royaume-Uni, en Roumanie et en Australie. Outre l’HEMA, il est également instructeur certifié pour La Superba, les arts de combat génois enseignés par le Maestro Parodi, et le représentant européen du projet haïtien d’escrime à la machette.

 

Bastien Koppenhöfer

HEMAiste depuis 2012 Arts martiaux depuis l’enfance. Bastian s’est entraîné au Messer et a fait des recherches à ce sujet depuis qu’il a commencé. Il a un faible pour les textes allemands du début de l’ère moderne et a enterré le mythe selon lequel le port du Messer était une échappatoire légale.

 

Jerca Primc

jerca Primc

Quand j’étais enfant, Donatello était ma Tortue Ninja préférée. Pourquoi ? Le bâton cool, bien sûr ! J’ai continué à rencontrer des bâtons dans ma vie d’adulte – en commençant par la canne de combat, ce qui m’a amené à former le Canne klub Kamnik, un club axé sur le combat au bâton, en 2010. Depuis, j’ai participé à des compétitions de manière menaçante, et j’ai pratiqué la canne et d’autres méthodes de défense en parallèle, ce qui m’a conduit à ma relation quelque peu éclectique et compliquée avec HEMA. C’est la première fois que je donne un atelier à l’HEMAC. Cachez votre fromage !

 

Colin Richards

Je suis un Anglais de 66 ans vivant en Allemagne. J’enseigne le combat avec des armes historiques depuis 1982, à la fois dans le cadre de la reconstitution historique et de l’HEMA. J’ai commencé à enseigner l’HEMA en 1999, en Norvège. J’ai une école établie depuis longtemps à Hanovre, en Allemagne (depuis 2005). J’ai enseigné dans le monde entier, de Singapour aux États-Unis, de l’Afrique du Sud à la Norvège. Je m’intéresse principalement au Fiore Dei Liberi, au Lechtenauer, à l’épée et au bouclier I.33 et au combat de l’époque viking. J’ai rédigé plusieurs articles de recherche dont certains ont été publiés.

 

Sarina Wagner

Sarina Wagner a débuté en 2018 au Klingenspiel de Vienne sous la direction de Karl Rapp avec la rapière italienne après Capoferro. Depuis 2022, elle est membre de Sprezzatura Vienna, spécialisée dans l’escrime Capoferro et Fabris.
Depuis l’escrime de scène, qu’elle a apprise pendant ses études d’interprète musicale à l’Université de musique et des arts de la ville de Vienne (MUK) avec Mel Stein, la combinaison de l’escrime et de la musique a toujours été un sujet pour elle.
Pour mieux comprendre le théâtre et le chant, elle s’est toujours intéressée aux sources et a donc cherché le « vrai noyau » de l’art. Elle connaît non seulement la musique et les textes anciens, mais elle étudie également la danse historique et le jeu d’acteur historique auprès de Margit Legler.
Pour elle, il n’est pas seulement important de maîtriser les différentes disciplines, mais aussi de travailler de manière transversale afin de tirer profit de chacune d’entre elles.
Cela inclut les sports équestres, qu’elle pratique depuis l’âge de neuf ans, et le tir à l’arc.
Pour elle, il est important de trouver l’art et la musique dans chaque mouvement et de les exprimer.

 

Esko Ronimus

« J’ai pratiqué les arts martiaux pendant environ 28 ans ; j’ai une formation en arts martiaux chinois, mais j’enseigne maintenant les arts martiaux européens pour la plupart. J’ai vécu, pratiqué et enseigné toute ma vie à Tampere, mais j’ai pratiqué et enseigné par exemple en Chine, en Allemagne, en Pologne, en Espagne et en France. J’ai commencé à enseigner les arts martiaux à plein temps en 2020 et j’enseigne actuellement à une soixantaine d’étudiants en tant que professeur principal de l’École d’armes de Tampere et je donne des cours, des séminaires et des démonstrations en Finlande et à l’étranger. Je pratique, promeus et enseigne les arts martiaux à partir des points de départ où ils ont été pratiqués historiquement. Cela inclut, en particulier, le réalisme du combat, la fonctionnalité des compétences pratiquées, le respect des traditions de l’entraînement et l’attachement de l’entraînement aux contextes dans lesquels ils ont été pratiqués à l’époque. Je pratique l’escrime historique de la même manière que n’importe quel art martial traditionnel, c’est-à-dire avec des méthodes cohérentes, exigeantes et qui prennent du temps, mais qui développent également les arts martiaux à long terme et qui récompensent le travail acharné. »

 

Gilles Martinez

Historien médiéviste spécialisé dans la redécouverte des gestes martiaux, Gilles Martinez a récemment soutenu une thèse de doctorat à l’Université Paul-Valéry Montpellier, intitulée Des gestes pour combattre. Recherches et expérimentations sur le combat chevaleresque à l’époque féodale : l’exemple du Roman de Jaufré (Paris, BnF, ms. fr. 2164). Actuellement, il associe une activité de chercheur à celle d’enseignant à l’Université de Nîmes, de pratiquant et d’instructeur professionnel de combat médiéval (depuis près de 20 ans), ainsi que de médiateur culturel.

 

Jerzy Miklaszewski

Jerzy Miklaszewski a commencé les arts martiaux il y a 30 ans avec la première branche polonaise de l’ITF (International Tae Kwon Do Federation). Il a ensuite poursuivi sa formation auprès de Sifu Andrzej Szuszkiewicz de Wing Chun Kuen Kung Fu, où il a acquis une compréhension différente des arts martiaux, a participé à de nombreux séminaires, classes spéciales, réunions et rencontré des maîtres de Ju Jutsu, Tai Chi (style Chen et Chuan), Tang Lang Men – il a également étudié les mêmes arts martiaux à Melbourne et en France avec des maîtres tels que William Chueng (élève d’Ip Man) ou Didier Beddar. Quelques années plus tard, il a été l’un des premiers élèves de Soke Toshimichi Takeuchi dans l’école Bujutsu Kan, créée à Cracovie. Cela a orienté son intérêt vers les arts martiaux japonais, où grâce à de nombreux séminaires il a pu apprendre une multitude de systèmes japonais allant de la lutte (comme le Judo et le Jujutsu) aux systèmes de combat d’armes. Après des années, il a découvert l’existence de l’HEMA et a commencé à apprendre et à faire des recherches sur le sujet par le biais de nombreux groupes de reconstitution et de jeunes HEMA.
Grâce à cette expérience, Jerzy a créé une initiative appelée l’équipe Silkfencing, qui est en train de se développer encore plus, par le biais de la science et de la pratique.
se développe de plus en plus, grâce à des recherches scientifiques et pratiques. Sa coopération avec de nombreux spécialistes du monde entier a permis de développer ses recherches et ses connaissances. Sa coopération avec de nombreux spécialistes du monde entier a permis de développer ses recherches et ses connaissances.
Il coopère avec de nombreuses organisations importantes, telles que HEMA Alliance, le musée national de Cracovie, le musée de l’université Jagiellonian, Stowarzyszenie Miłośników Broni i Barwy, Jiu Jiutsu Union, la Fédération polonaise d’escrime sportive et bien d’autres institutions. Son école est l’une des sept écoles polonaises qui coopèrent officiellement avec l’Association polonaise d’escrime. Il est également membre du Polish Knight Fighting Cadre, avec lequel il a obtenu le vice-championnat du monde de combat en groupe blindé à l’IMCF. Il a remporté de nombreux tournois dans des pays comme l’Angleterre, la Pologne, l’Écosse, l’Italie ou même l’Australie. Ses recherches uniques sur la Szabla polonaise l’ont amené dans de nombreux endroits du monde, puisqu’il a déjà dirigé des séminaires dans plus de 20 pays, dont le Japon, le Royaume-Uni, la France, les États-Unis, la Slovaquie, la République tchèque, l’Italie, la Grèce, l’Espagne, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark, l’Australie, la Russie, l’Allemagne, la Suisse, la Roumanie, la Thaïlande et l’Irlande.
En 2017, Silkfencing Team a entamé une coopération avec ARMA-PL Kraków, créant Krakowska Szkoła Fechtunku (KSF), à l’époque le plus grand centre professionnel HEMA en Pologne. En 2018, ses recherches ont été publiées dans le cadre d’une exposition muséale qu’il a coécrite, « Aux armes ! », qui a présenté non seulement la HEMA aux gens ordinaires, mais a également donné aux praticiens de l’escrime un aperçu d’un sujet très complexe de l’histoire du sabre en Europe de l’Est.

 

Karin Verelst

 

Karin Verelst, biologiste et philosophe de formation, pratique les Historical European Martial Arts (HEMA) et les arts martiaux en tant que tels depuis plus de deux décennies. Elle a été présidente fondatrice de la Fédération belge d’escrime historique SBSN, et occupe actuellement la présidence de l’IFHEMA (Fédération internationale d’escrime historique). Elle possède sa propre école d’escrime historique basée à Bruxelles, à l’Université libre (VUB). Karin pratique principalement l’épée longue médiévale et le combat à mains nues (« ringen »), bien qu’elle ait élargi son intérêt à la rapière Destreza et au Messer au cours des dernières années. Son expérience martiale comprend également la boxe olympique, le Tai Jutsu et le Shaolin Kung Fu. Elle a en outre acquis la qualification professionnelle de base de la British Academy of Dramatic Combat (BADC) en 2016. Elle a également suivi plusieurs ateliers numériques avec le célèbre chorégraphe de combat Tony Wolf. Elle a développé un programme complet d’autodéfense basé sur son expérience martiale, en se concentrant particulièrement (mais pas exclusivement) sur les besoins des femmes. Enfin, Karin est active en tant que chercheuse et universitaire dans le domaine des études HEMA. Elle a publié (avec Daniel Jaquet et Timothy Dawson) un ouvrage de référence, Late Medieval and Early Modern Fight Books – Tradition and Transmission of Martial Arts in Europe, publié par Brill, en 2016, et a organisé avec Roberto Gotti et An Smets un symposium international et une exposition au Musée des arts martiaux de Brescia en 2022. Un numéro spécial de Acta Periodica Duellatorum consacré aux contributions à cette conférence est en préparation

 

Djordje .S.Stamatovic

« Georg S. Stamatovic est professeur d’histoire dans un lycée, consultant expert en histoire militaire, évaluateur certifié d’antiquités militaires historiques et forgeron d’épées. Il est guide du Musée national et fondateur de la première école HEMA de son pays en 2009/10, The H.E.M.A.S. – Historical European martial art school (école d’arts martiaux historiques européens) à Belgrade.
En tant qu’historien et chercheur/praticien professionnel de l’HEMA, il a consacré ses connaissances à la reconstruction historiquement correcte d’armes historiques et à l’interprétation historiquement correcte de techniques d’escrime tirées de manuscrits et de traités d’escrime historiques – tradition Liechtenauer.
Il est un instructeur bien connu et un membre respecté de la communauté HEMA internationale en tant que conférencier lors de nombreux événements HEMA en France, en Allemagne, en Autriche et en Espagne.
Il ne combat pas seulement avec une épée, mais aussi avec des arguments et des faits !
« 

 

Pedro San Miguel

Pedro San Miguel est un instructeur du Royaume-Uni.

Il se concentre sur le sabre et le fleuret du 19e siècle, ses principales sources d’étude étant les œuvres de John Musgrave Waite, du capitaine Alfred Hutton, de Louis Rondelle, de George Chapman, de Camille Prevost et de Masaniello Parise, tout en ayant un vif intérêt pour les sources de sabre espagnoles et françaises.

Pedro est un escrimeur de compétition expérimenté et, en 2023, il a atteint le premier rang mondial au sabre sur HEMA Ratings en utilisant une approche strictement basée sur les sources.

Pedro enseigne à la Schola Gladiatoria, tout en étant un membre senior du Renaissance Sword Club. Il donne des cours particuliers au Royaume-Uni et anime des ateliers lors d’événements internationaux.

 

Thomas Schmuziger

« Thomas Schmuziger est comédien et cascadeur spécialisé en chorégraphie de combat. En 1995 il commence sa formation d’escrimeur de spectacle. Discipline qu’il enseigne alors pour l’école lémanique d’armes anciennes.
Ses choix professionnels l’amènent à quitter la Suisse courant 1998. En 2003 il crée à Pontarlier une section dédiée au Cercle d’Escrime du Haut-Doubs, devenue ensuite le club Clair de Lame.
Pratiquant de ju-jutsu, d’escrime et expérimentant de nombreuses techniques de combat par le biais de stages, il s’engage dans la pratique des AMHE en 2003.
Enseignant et chercheur dans ce domaine, il est accepté dans la communauté européenne de recherche de l’HEMAC. Membre fondateur de la FFAMHE, ses spécialités sont la lutte, l’épée longue dans la tradition germanique, le combat en armure et le combat a cheval. »

 

Alex Bourdas

Alex a commencé à s’entraîner à l’épée en 2008 et s’est principalement concentré sur l’épée longue depuis le début de sa carrière HEMA. Il s’est entraîné avec plusieurs groupes HEMA basés à Glasgow, et est aujourd’hui le vice-président de Glasgow HEMA, ainsi que le principal instructeur d’épée longue de Glasgow HEMA.

 

Martin Enzi

Martin Enzi a commencé à s’intéresser aux arts martiaux en pratiquant la boxe classique, mais il a finalement trouvé sa passion en passant à HEMA en 2001 pour s’entraîner à l’épée longue, à la lutte et à la dague.
Il a finalement trouvé sa passion lorsqu’il est passé à HEMA en 2001 pour s’entraîner à l’épée longue, à la lutte et à la dague.
En 2003, il a mis la main sur la première version de la transcription de « Kunst des Messerfechtens » de Johannes Leckuechner.
Messerfechtens » de Johannes Leckuechner, alors que le travail était encore en cours. Cela lui a permis d’être l’une des premières personnes à se pencher sur ce manuscrit.
à se plonger dans ce manuscrit.
La lecture des premières pages du manuscrit l’a immédiatement fasciné, et c’est ainsi qu’a commencé sa fascination et sa passion pour Messer.
sa fascination et sa passion pour Messer.
Après des études et un entraînement intensifs, il a commencé à s’entraîner à l’épée longue, au Messer et, par la suite, aux armes dites « paysannes ».
pour les armes dites « paysannes » et la lance.
En 2006, il a participé à la transcription de certaines parties du manuscrit de Paulus Hector Mair (faux, faucille et fléau) pour la collection Higgins.
(faux, faucille et fléau) pour le Higgins Armory Museum, qui sera publié par Jeffrey L. Forgeng.
Même si la formation à l’école Liechtenauer de l’épée longue et les armes paysannes de PHM ont toujours été
l’école Liechtenauer et les armes paysannes de PHM, il se concentre et se passionne pour le Messer selon la norme cgm582.
cgm582, en tenant compte également d’autres sources relatives au Messer comme Talhofer, Codex Wallerstein,
Pauernfeindt ou Falkner.
Après avoir enseigné pendant 20 ans lors d’événements internationaux et de rencontres d’arts martiaux, Martin Enzi a eu l’honneur d’être le premier professeur européen d’arts martiaux.
l’honneur d’être le premier enseignant HEMA européen à être invité à Tokyo, où il a donné une masterclass d’escrime Messer.
masterclass d’escrime Messer – en fait, la première classe Messer à être enseignée au Japon.
Il a également été invité à rédiger trois articles pour la série de livres « Meditations on HEMA ».
Il écrit des articles dans des magazines et réalise des enquêtes sur les objets trouvés et les originaux dans les musées.
En dehors de la HEMA, Enzi a pratiqué le combat de scène pendant 22 ans.
et a commencé à entraîner des acteurs et des cascadeurs. En outre, depuis 11 ans, il travaille comme chorégraphe de combat et cascadeur professionnel.
chorégraphe de combat professionnel et entraîneur de cascadeurs pour des films, des productions théâtrales et télévisuelles.

 

Matt Galas

Parrain des AMHE

 

Pour entrer en contact avec nous, vous pouvez nous envoyer un email à cette adresse : hemacdijon.inscription@gmail.com